Le bâtiment autonome en énergie n’est pas autarcique

Le bâtiment autonome en énergie est la pierre structurante des smart grids électriques de demain. L'autonomie s'entend ici comme une responsabilité, et s'oppose à une approche autarcique où l'on consommerait son énergie seul dans son coin.

batiment autonome en énergie

L’énergie d’origine renouvelable créée à l’échelle locale, dans les territoires, est faite pour être partagée.

Cette énergie décarbonée est une alternative à l’utilisation d’énergie fossile, et permet donc d’agir contre le réchauffement climatique. Les bâtiments étaient jusqu’il y a peu des immobilisations de matériaux assemblés entre eux de façon intelligente et esthétique pour accueillir des personnes. L’énergie représentait alors une charge à payer mensuellement. Aujourd’hui ces bâtiments peuvent contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, d’abord en travaillant sur leur sobriété énergétique, puis en mettant leur surface foncière à disposition pour accueillir des capacités de production renouvelable. En combinant ces efforts et des technologies innovantes comme le stockage d’énergie, le bâtiment peut devenir autonome en énergie et être acteur de la transition énergétique.

Ces énergies renouvelables doivent également réussir à s’intégrer à leur territoire, sans apporter d’instabilité sur la fourniture d’énergie. Un bâtiment autonome est responsable de l’énergie qu’il produit et qu’il partage : il va autoconsommer la part d’électricité dont il a immédiatement besoin, et contrôler le devenir du surplus restant. Il peut décider de partager cette énergie avec son entourage ou de stocker localement le surplus pour une réutilisation ultérieure, en prenant en compte l’intérêt collectif dans son arbitrage. Le bâtiment autonome est la réponse à l’intégration des énergies renouvelables dans les territoires, puisqu’il va aider à la stabilité des réseaux en évitant de créer des tensions dues au caractère intermittent, diffus et décentralisé des productions renouvelables.

 

Votre bâtiment, maillon essentiel de la transition énergétique

Il faut s’échanger localement l’énergie décarbonée et renouvelable autant que possible. Cependant, lorsque votre bâtiment dispose d’un surplus d’énergie, les bâtiments alentours disposant de productions renouvelables auront également des surplus. Ce moment d’échange n’est donc pas le plus stratégique pour l’intelligence des réseaux car il n’y a pas de manque d’énergie décarbonée. De plus, cet échange direct d’énergie lors de sa production ne rend possible aucun arbitrage, et l’on se retrouve alors dans un marché de commodité où seul le facteur économique est décisionnaire.

Rendu autonome, votre bâtiment pourra accompagner le développement des productions d’énergie renouvelable, en facilitant le partage de l’énergie locale : en décalant les moments de surplus et de manque par le stockage d’énergie, il permettra le lissage des pointes de production et de consommation. Dans les périodes de pics de consommation votre bâtiment pourra s’effacer entièrement, voire même contribuer à effacer les bâtiments alentours. Dans un bâtiment autonome, l’énergie est un service qui apporte le confort d’utiliser une énergie la plus décarbonée possible.

 

Le bâtiment autonome en énergie est donc la pierre structurante des smart grids, et n’est certainement pas autarcique ou coupé des réseaux de distribution de l’énergie. C’est à lui que revient le devoir d’aider le réseau lorsqu’il y a besoin, en réinjectant de l’électricité sur demande, ou en absorbant les surplus de production de son entourage.

Pour proposer ces nouveaux services à l’énergie, il faut être capable d’arbitrer les ordres de stockage ou d’échange. Le stockage d’énergie est la solution à cette recherche de flexibilité.

Pour aller plus loin